15 mai 2015

Tomo-No-Ura (鞆の浦) - avril 2015

Tomo-No-Ura (鞆の浦) - avril 2015

Nouveau petit billet sur notre périple nipon pour vous montrer une belle destination authentique et assez loin des sentiers touristiques : Tomo No Ura (鞆の浦).

C'est ce genre de petite visite qui me fait dire que si nous retournons au Japon, on louera une voiture et nous sortirons des grandes villes à la découverte de ces petits coins de paradis.

Tomo No Ura est un très ancien port de pêche, qui a gardé son authenticité. Ce petit port de pêche fait parti du Setonaikai National Park, et depuis 2007 a été inscrit sur la liste de 100 lieux historiques du Japon.
Je suis tombée par hasard sur ce petit village lorsque je faisais mon planning de voyage, et comme nous ne voulions pas que rester dans les grandes villes, j'ai inscrit ce village sur le planning des visites autour d'Hiroshima.

Mais pourquoi visiter ce petit port de pêche que l’on trouve très peu évoqué dans les guides touristiques ? Et bien en partie pour éviter les touristes, mais surtout parce que j’avais lu que ce village de pêcheurs avaient inspiré Hayao Miyazaki pour son dessin animé “Ponyo sur la falaise” (崖の上のポニョ - Gake no ue no Ponyo).

J’ai aussi appris depuis que « The Wolverine » avait été tourné à Tomonoura !

Arrivée vers midi, nous avons pris la route ou plutôt le tramway depuis Hiroshima, le train pour Fukuyama (à environ 30 minutes d’Hiroshima), afin de nous rendre par le bus N°5 (juste en face de la sortie de la gare de Fukuyama) jusqu’au petit village de pêcheurs de Tomo no ura (鞆の浦). Le trajet dure environ 30 - 35 minutes et le dernier stop est juste au port.

Pour ceux qui ont plus de temps, il y a un très beau château à Fukuyama, mais nous n’aurons pas le temps. Il sera toujours temps dans notre périple de visiter d’autres châteaux.

A noter pour prendre le bus au Japon, on paie en sortant (la confiance régne). En montant, on prend un mini ticket qui indique le n° de la station à laquelle on est monté. Il y a à l'avant du bus un tableau qui en fonction du n° de la station indique ce que l'on doit payer.
En dehors de ce village, dans tous les bus les noms des stations sont indiquées en alphabet latin. Sinon il suffit de demander en montrant le nom du lieu où on veut aller, au chauffeur pour que ce dernier prenne le temps de vous indiquer que c'est votre station :o)

Au terminal du bus n°5, on arrive directement sur le port.

De l'autre côté du port, on voit les maisons à toits bleu, que l'on retrouve un peu partout.

Phare Joya-to : C'est le symbole de Tomo-No-Ura, appelé aussi Torodo.
Ce phare à huile ou bougie fut construit pendant la période d'Edo (1603-1867) pour guider les bâteaux dans le port. Il est haut de 11 mètres et c'est apparemment le plus grand du Japon !

Rues traditionnelles de Tomo No Ura, elles sont parsemées de maison en bois traditionnelles et de petites échoppes où on peut grignoter. Ces rues remontent à la période d'Edo.

A la recherche de Ponyo :o)

  

La Maison Ota (ci-dessous) : c'est une maison de marchands qui date du 18ème siécle. Autrefois, c'était une ancienne distillerie de saké transformée en musée qui permet de voir une maison traditionnelle, c'est dans ce type de distillerie qu'était fait l' "Homeishu", un alcool médicinal fabriquée à base de 16 plantes médicinales (clou de girofle, cannelle, angélique,...)

Petite boutique aux pots de fleurs. Devant beaucoup de maisons un partout, les gens à défaut de jardin mettent des multitudes de pots de fleurs.

Comme vous le constaterez souvent sur mes photos, il est difficile d'éviter les fils électriques, très impressionnants. En se baladant dans les rues deci-delà, on trouve souvent de petits temples, et il est assez étonnant de voir le basard qui peut les entourer.
C'est toujours propre, mais parfois cela fait un peu dépotoir d'encombrants... étonnant. On ne s'attend pas forcément à cette image au Japon, mais cela ne rend les choses que plus humaines et vivantes :o)

  

Sanctuaire d'Hiraga Gennai' Seishi :

Là aussi étonnant contexte autour de ce sanctuaire. La photo ci-dessous a été prise par ma fille, qui a vraiment trouvé cet endroit décalé sorte de caverne d'Alibaba d'encombrants et jardins potagers tout autour du sanctuaire.

Tout est bon pour construire les limites des potagers :o) (Photo prise par ma fille)

 Comme je le disais, il pleuvait et nous n'étions donc pas les seuls visiteurs... (Photo prise par ma fille)

Nioumon : entrée du temple Io-Ji : des sandales de chiffons

Temple Io-Ji : c'est un temple que l'on atteint par le sud - ouest de la ville, et qui permet d'avoir une très belle vue panoramique sur Tomo-No-Ura et ses alentours.
Le temple n'a pas d'intérêt en soit, sauf à voir à quoi ressemble un cimétière japonais. C'est surtout pour la vue qu'il faut y aller.

  

Vue depuis le temple Io-Ji sur Tomo-No-Ura et ses environs... dommage pour la météo.

Montée et descente du temple Io-Ji.

  

Temple Myouen-ji et son joli petit jardin.

 

Chozuya : petit pavillon près des temples shinto avec de l'eau et des louches. Les fidèles viennent s'y laver les mains et se rincer la bouche avent d'entrer dans les sanctuaires pour prier.

Rien n'était indiqué et nous nous sommes permis de rentrer dans le temple. Apparemment cela devait être fermé, mais les personnes qui s'occupent du temple ne nous ont pas mis dehors, ils sont entrés et ont gentiment alllumé la lumière.
Comme dans tout temple, on laisse ses chaussures en bas des escaliers, et on marche pied nu ou en chaussettes sur les tatamis qui constitue le sol.

(Photo prise par ma fille)

(Photo prise par ma fille)

Au détour d'une rue, une sortie de classe et ses élèves en uniforme.

Nous avons croisé ce cartable partout, de différente couleur, mais très standard.

Temple Nan Zen Bo

Chozuya : voir plus haut 

Temple Housen-ji

 

(Photo prise par ma fille)

Temple Nanukuma : dédié à la mer et la sécurité marine.

 

Lanterne du Temple Nanukuma

Intérieur du Temple Nanukuma

 Portique à ema.Les ema sont des petites tablettes de bois votive portant une image d'un côté et derrière laquelle on écrit une prière.

 

Torii : porte qui représente la division entre le monde terrestre et le monde divin.

Une bouche intéressante

Retour en ville

Ile de Benten-Jima avec son temple et son torii juste en face de Tomo-No-Ura.

Bien évidemment que ce serait un village de pêcheurs sans son marché aux poissons... malheureusement il est bien trop tard pour le marché aux poissons, ne reste qu'à regarder l'échoppe du poissonnier du coin :o)

Au vu des différentes installations que nous avons croisées, pas encore nettoyées à cette heure, il y a fort à penser que l'on peut manger sur place.

Vivier de Tomo No Ura.

Nous n'irons pas plus loin, il se fait tard...et la météo ne nous ait pas favorable. C'est bien dommage car je pense que ce village vaut plus de temps pour falner. Retour à Hiroshima.

Si vous voulez en savoir plus sur ce joli village de pêcheurs, je vous invite à regarder ce film : "Journeys in Japan - Tomonoura"

Pas de spécialité culinaire testée ou rapportée de Tomonoura ! Il y avait bien les huîtres mais trop risquées pour moi (pas envie de déclencher une allergie pour finir aux urgences - bien dommage parce qu'elles ont l'air vraiment très bonnes).

Alors comme notre pause goûter à Tomo-No-Ura fût des Obanyaki, vous en trouverez une recette sur mon blog culinaire et quelques photos de la réalisation en local de ces délicieux petits gâteaux (à ceux qui vont au Salon du Chocolat de Paris : vous avez sûrement du goûter la variante au macaron du chef pâtissier Sadaharu Aoki : dommage qu'il n'en propose que pour le Salon du chocolat !).

Ōban-yaki (大判焼き)

 Contrat Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine Chauvin, alias Sbc sur ce blog ou Macaronette et Cie sur mon blog de cuisine.

Posté par Totchie à 23:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Tomo-No-Ura (鞆の浦) - avril 2015

    De superbes photos! Ce village est vraiment très beau. Tu as bien eu raison de sortir des sentiers battus. Une bien belle découverte!

    Posté par prici, 16 mai 2015 à 18:17
  • Bon, allez, je m'arrête vraiment ici pour ce matin ou je vais finir par être très en retard pour mes premiers patients ... pas très patients ! ;o) Encore un merveilleux village ... Mais dis donc, ils ont souvent des masques sur la bouche, les Japonais ? Est-ce pour éviter d'éventuelles contagions ou plutôt pour de protéger de la pollution ? parce qu'en même temps, je vois qu'on se rince tous la bouche avec des louches communes avant d'aller prier ... ;o))

    Posté par Hélène (Cannes), 05 juin 2015 à 08:28
  • Hélène,
    Oui on trouve des maques partout (supermarché, superette, petite échoppe dans le métro...) - la pollution ce n'est pas aussi polluée qu'en Chine donc je ne pense pas (mais sans garantie) par contre ils se protègent beaucoup des microbes et contagions.

    Ton commentaire me fait rire, car pendant tout notre séjour nous n'avons pas fait le lien entre se rincer la bouche dans les temples et le port du masque. Mais tu as raison, bien qu'on ne touche pas la louche avec la bouche. En fait, on se verse de l'eau dans la main et on se rince la bouche avec sa main pleine d'eau ;o)

    Bises et bon courage pour cette semaine
    Sandrine

    Posté par Macaronette, 14 juin 2015 à 21:37
Poster un commentaire