25 mai 2015

Miyajima (宮島) - avril 2015

Miyajima (宮島) - avril 2015

Nouveau billet sur le Japon (je vais arrêter de dire "petit billet" ;o)) : Miyajima (宮島).

Miyajima (宮島) est l'un des lieux les plus touristiques près d'Hiroshima, une image d'épinal à ne pas manquer. Même s'il y a vraiment beaucoup de monde dans le centre ville et autour du torii "flottant" (boutiques obligent peut-être), cette île regorge d'havres de paix et inspire le calme et la sérenité.
Et avec des enfants, c'est le paradis... Puisque tout au long de nos visites et balades, nous étions accompagnés par des daims, biches et autres cervidés, très très peu craintifs, et même plutôt curieux !

Miyajima est une île au sud-est d'Hiroshima dans la mer intérieure de Seto. Elle est considérée comme une île sacrée dans la religion shintoïste.

Elle est accessible soit par une navette que l'on prend près du Dome de la Bombe A (beaucoup plus cher mais avec l'avantage de voir le port d'Hiroshima - 45 minutes de traversée), soit en prenant le tramway jusqu'à l'embarcadère à Miyajimaguchi station (45 m de tramway depuis le Dome et 10 minutes de traversée - et surtout c'est beaucoup moins cher).

L'île est mondialement connue pour son grand Torii (大鳥居) dit "flottant" du sanctuaire d'Itsukushima. Ce torri en bois de camphrier et haut de 17 mètres, classé au patrimoine mondiale de l'Unesco, n'est en réalité pas "flottant". En fait, il est construit sur le sable, ce qui fait qu'à marée haute, il a les pieds dans l'eau.

Comme tous les torii, il représente un portail shinto symbolisant la frontière entre le monde réel et le monde sacré.

D'après le site de l'office du tourisme du Japon, il ne repose que par son propre poids sur le sable. Il faut dire que la poutre centrale pèse 7 tonnes !

Vous lirez partout que ce torii est rouge vermillon... Je dirais qu'il est plus orangé que rouge. Question de vision !

A marée haute, il est possible pour quelques yens de prendre une embarcation à fond plat pour aller voir le torii de plus près. Il faut dire que c'est l'attraction de l'île. On le surnomme parfois la "porte du Japon".

Marée et Péche : un site qui permet d'avoir les horaires des marées

Tout le long du chemin vers le torii, on trouve des petites lanternes de pierre, qui sont allumées à la nuit tombée.

 

C'est aussi là que nous avons croisé nos 1ers cerfs, daims et bîches, très très peu farouches. Ce sont des "Nihonjika", soit des cerfs japonais. Ici, ce sont des animaux sacrés, hors de question de leur faire du mal.
Mais gare aux sacs ouverts ou aux plans de papier (qu'ils ne faut pas leur laisser manger à cause de l'encre), ces cerfs savent qu'ils peuvent éventuellement trouver de la nourriture près des touristes... Ce qui les rend très entreprenant :o)

Passé l'admiration du grand torii flottant, il est possible de visiter le sanctuaire d'Itsukushima, sanctuaire construit sur piloti,  car il ne fallait pas à l'origine que les gens mettent les pieds sur l'île sacrée.

Bien évidemment le torii n'est jamais très loin puisqu'il est la porte du sanctuaire.

 

On visite ce santuaire via une grande galerie couverte longue de 262 m. Le sanctuaire est encore utilisé de nos jours, cela reste un lieu de culte et de cérémonies. Il n'est donc pas rare de croiser des moines.
La galerie a été construite sans utilisée de clous.

Sanctuaire Marodo

Komainu devant le Sanctuaire Marodo : il s'agit d'un chien de pierre. En principe, il y en a 2 qui se font face à l'entrée des temples pour garder les lieux. Ici c'est l' "Un" que l'on reconnait au fait qu'il a la gueule fermée (celui à la gueule ouverte s'appele "A")

Hishaku : louche pour se laver les mains et se rincer la bouche avant d'entrer dans les sanctuaires pour prier.

Haraiden (Pavillon de Purification) du Sanctuaire Marodo. C'est le lieu de passage avant d'aller prier afin de se purifier le corps et l'esprit.

Le long de toute la galerie se trouve des lanternes. Ces lanternes sont en bronze et datent des années 1900.

Taka-Butai (la scène élevée) : c'est le sanctuaire central.

Vu de l'entrée du sanctuaire avec le torii flottant depuis le Taka-Butai (la scène élevée).

Préparation d'une cérémonie dans le Taka-Butai (La scène élevée). Les jeunes filles qui aident pour les préparations sont appelées : Miko.

Ce sanctuaire est aussi un endroit idéal pour quelques photos d'une future mariée, accompagnée de sa famille, de sa maquilleuse...

Ici, ce n'est pas une touriste (il y a de nombreuses touristes qui s'habillent en kimono pour quelques yens pour visiter les lieux touristiques, si on est attentif, on finit par reconnaître les vrais des faux kimono ;o))

  

Tonneaux de saké en offrande.

Portique à ema.
Les ema sont des petites tablettes de bois votive portant une image d'un côté et derrière laquelle on écrit une prière.

Sori-bashi (le pont voûté)

Nous sommes bien sur l'eau et les crabes profitent de la marée basse pour sortir :o)

Sortie du sanctuaire, on retrouve des petites rues commerçantes.

En prenant vers la droite à la sortie du sanctuaire et via un petit escalier dérobé, nous prenons la route vers la pagode Tahoto, où l'on croise un arbre impresionnant.
Sur l'île, il n'est pas autorisé de couper les arbres.

 

Pagode Tahoto : c'est une pagode à 2 étages datant du XVième siècle, à l'origine dédiée au Bouddha de la Guérison.

En prenant à gauche, on tombe sur le chemin qui méne au Temple Daisho-in. Je crois que c'est l'endroit que nous avons le plus aimé sur cette île.

Le Temple Daisho-in est un temple bouddhiste, qui compte 6 ou 7 pavillons, des statues et statuettes, mais surtout des représentations de créatures surnaturelles.
Il est caché dans un écrin de verdure, ce qui donne une atmosphère très mystérieuse.

Ce qui ne gâche rien, comme ce temple est en hauteur, on peut y admirer de très jolies vues.

Entre les diverses petits lutins et autres créatures, on trouve des Tanuki typique du folklore japonais (en dessous à droite), et ... une statue d'Anpanman (personnage de dessin animé - en dessous à gauche).

 

Le tanaki est généralement représenté debout avec une grosse bedaine, l’air guilleret, un chapeau de paille sur la tête... Il est symbole de chance, de prosperité et de bon-vivre.
On dit qu'il a des pouvoirs magiques qui lui permettent de se transformer et de tromper les gens. Si vous ne connaissez pas les Tanaki, et que vous aimez les dessins animés japonais, vous les pourrez les découvrir dans le "Pompoko" d'Isao Takahata.

Biensûr, on trouve aussi le maneki-neko (appelé "chat porte-bonheur") représentant un chat assis et levant la (ou les) patte(s) au niveau de l'oreille.

Mais aussi des petits Jizo Bosatsu : sorte de divinité de la religion bouddhiste dédiée à l'altruisme. Ils aident les âmes perdues à trouver le salut. Il a le visage enfantin lié à son rôle protecteur des enfants.

ou des créatures imaginaires...

Le Pavillon Maniden du Temple Daisho-in - lieu de prière dédié à Sanki Daigongen ou les Trois Divinités Terrifiantes du Mont Misen.

 

Encore et toujours des portiques à ema (petites tablettes de bois votive portant une image d'un côté et derrière laquelle on écrit une prière).

 

 

En dessous à droite, des Jizo Bosatsu portant des bavoirs ou des capes.
Il n'est pas rare de croiser des statues qui portent des bavoirs ou des capes. Il est de coutume que les mères ayant perdu un enfant confectionnent un bavoir rouge et l'accrochent à une statue de Jizō.

Intérieur du Pavillon Daishi-do.

Vue sur le Pavillon Maniden

Grotte Henjokutsu dans laquelle on trouve les principales icônes bouddhistes ainsi que du sable venant des 88 temples du prestigieux chemin de pélerinage de Shikoku. On dit que se recueillir dans cette grotte équivaut à réaliser le pélerinage des 88 temples.

 

En montant vers le Pavillon Maniden, roues à Mani (moulins à prière).

Pavillon Maniden

Intérieur du Pavillon Maniden

Urne à omikuji : bande de papier à prédiction que l'on attache ensuite sur une branche .

Pavillon Kannon-do

Un endroit assez impressionnant par le nombre de statues : les 500 statues Rakan (disciples de Shaka Nyorai), elles ont chacune une expression de visage différente.

 

 

Rampe à rouleaux de prière : constituée de rouleaux que le fait tourner en montant, ce qui fait résonner des clochettes à l'intérieur et permet de réciter une prière.

Vu sur le torii

... toujours en compagnie de nos amis les biches.

Pause déjeuner en chemin vers le Parc Fujinotana.

   

de gauche à droite :
Curry Rice (dont vous pouvez trouver une recette sur mon blog), Ramen et Anago-meshi (anago grillé servi sur un bol de riz)

Après cette pause, direction le téléphérique, tant que nous y sommes autant voir le paysage d'en haut, même si nous n'avons pas le temps de nous balader.

  

Vue depuis le haut du Mont Misen

Hiroshima

  

La pagode à 5 étages : Gojunoto, dédiée au Bouddha de la Guérison.

Pause goûter avec un Melon pan - メロンパン fourré à la glace vanille - ce n'est pas une spécialité locale mais on en trouve partout au Japon (la recette ici).

 

 

Et toujours nos amies les biches et cerfs...

... très intéressées par mon melon pan ! ou à fouiller dans mon sac.

La marée est basse, nous retournons voir le torii flottant hors de l'eau.
La mer s'est retirée et laisse la place au pécheurs à pied qui font chercher des huîtres et autres coquillages.

Sanctuaire d'Itsukushima

Le soleil se couche et laisse apparaître l'ombre du torii.

Il est temps de repartir, mais avant petit passage en ville pour tenter de rapporter une spatule à riz (Shakushi) spécialité artisanale locale et des Momiji Manju (gâteau fourré à la pâte de haricots rouges en forme de feuille d'érable).

Bon le souci au Japon, c'est que mieux vaut faire ses emplettes touristiques avant les visites car à 18h00... tout ferme ou presque heureusement !

Spatule géante à riz (Shakushi)

 

et toujours nos amis les cerfs... très curieux et en quête de nourriture.

Momiji Manju : gâteau en forme de feuille d'érable à base de pâte type génoise traditionnellement fourrés à la pâte de haricot. Mais aujourd'hui on en trouve à bien d'autres goûts : chocolat, crème pâtissière, thé vert macha, fromage, marrons, fourrés à la crême glacée, frits, etc.

Ce qui est chouette au Japon, c'est que partout on voit les atelier ou machines de fabrication.

 

 

et même des Momiji Manju Hello Kitty :o)

et ainsi s'achéve notre visite.

Pour plus d'infos, je vous mets ici les liens qui m'ont permis de préparer ma visite à Miyajima :

- Venez découvrir Miyajima : site en français - sur ce site vous trouverez de très bonnes cartes illustrées : ici. C'est le site le plus complet je trouve.
- Site de l'Office du tourisme du Japon : en français
- Miyajima Tourist Association : en anglais
- Marée pèche : un site en français qui permet de connaître les horaires des marées pour le torii flottant - à visiter aussi parce que c'est un site aussi qui explique le phénomène des marées.

 

Pour accompagner ce billet, je vous propose sur mon blog culinaire la recette du Melon pan - メロンパン – le « pain melon » spécialité boulangère japonaise, car je n'ai pas les moules pour faire des Momiji Manju... Dommage !

Melon pan - メロンパン

 

 Contrat Creative Commons Tous les textes et photos contenus sur ce blog sont la propriété de Sandrine Chauvin, alias Sbc sur ce blog ou Macaronette et Cie sur mon blog de cuisine.

Posté par Totchie à 23:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur Miyajima (宮島) - avril 2015

    Extraordinaire cette visite guide je me doute que vous avez du être très sereins dans ce magnifique cadre qui respire le calme et le recueillement . Merci de ce beau partage bizzzz

    Posté par 4ine, 26 mai 2015 à 06:46
  • Je ne savais pas que tu avais un blog par ici ! Je viens de lire un billet (pas petit, non, pas petit du tout ... ;o) ) extrêmement intéressant. Je ne sais par où le prendre pour commenter tout ce qui m'a intrigué ... J'y reviendrai plus longuement ... Somptueux, vraiment, et ceci d'autant plus que l'Asie est un monde qui m'est absolument inconnu ... Encore une fois, superbe !!

    Posté par Hélène (Cannes), 05 juin 2015 à 08:21
Poster un commentaire